Actualités

Non classé

11 Mars: Procès en appel de Cédric HERROU, de EMMAÜS ROYA

En procès depuis 2016 pour « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d’étrangers en France« , couramment appelé “le délit de solidarité”, Cédric Herrou, co-responsable d’Emmaüs Roya, sera de nouveau jugé en Cour d’Appel de Lyon le mercredi 11 mars 2020 à 13H30.

L’association Emmaüs Roya organise une mobilisation festive autour de cet événement (cantine populaire par La Marmite à Clous, musique avec la Fanfare des Manifs, Chorale Les Chant’sans pap’Yé, prises de paroles, etc. Suite du programme à venir ! Avec le soutien de la FSU 69).

L’idée est de rassembler les soutiens à ce moment là, pour parler du délit de solidarité mais plus globalement de l’accueil, de la fraternité, de l’Europe, etc (les prises de paroles des différentes associations ne sont pas encore calées).

Non classé

Programme de réinstallation de réfugiés en France : l’Isère bien placée

Lire l’article: https://www.untoitpourtous.org/programme-de-reinstallation-de-refugies-en-france-lisere-bien-placee/

Les familles sont accueillies par un des 26 opérateurs répartis sur le territoire français

La Direction générale des étrangers en France (DGEF) conventionne avec les opérateurs, gère les crédits européens et pilote les arrivées. La Direction interministérielle pour l’accueil et l’intégration des réfugiés (DIAIR) coordonne et assure le suivi tandis que la DIHAL s’occupe de la mobilisation des logements et de la cohérence territoriale.

Il faut garantir une répartition des réfugiés sur le territoire français pour ne pas accentuer les zones de tensions, en particulier pour le logement social. Du 01/12/2017 au 30/09/2019, hors les départements de la région parisienne, 17 départements ont relogé plus de 130 personnes, 17 entre 80 et 130, 43 entre 0 et 80, 10 n’en ayant accueilli aucune. Au total 7 314 personnes ont été relogées dont 262 en Isère.

Non classé

Le militant promigrant Pierre Mumber relaxé par la cour d’appel de Grenoble

C’est un soulagement pour Pierre Mumber, 55 ans. Condamné à trois de mois de prison avec sursis en première instance à Gap (Hautes-Alpes) pour « aide irrégulière à l’entrée » d’étrangers sur le territoire et « aide à se soustraire à un contrôle de police », il a été relaxé par la cour d’appel de Grenoble ce jeudi 21 novembre.

Ce gérant de gîte de haute-montagne était poursuivi pour avoir aidé quatre migrants à passer la frontière franco-italienne à Montgenèvre à l’hiver 2018. La cour d’appel de Grenoble, dans son arrêt, estime qu’après visionnage des images des journalistes italiens suivant Pierre Mumber ce jour-là, rien ne permet de dire « que Pierre Mumber a accompagné (les trois migrants) lorsqu’ils ont franchi la frontière ». Une manifestation de soutien s’était tenue à Grenoble à l’ouverture de son procès en appel le 25 octobre. Un procès où l’avocat général avait demandé le maintien de sa peine, et qui n’aura donc pas été suivi par la cour.