Non classé

”Je voulais une chance de vivre” : webinaire sur les mineurs non accompagnés le mercredi 7 avril 2021 de 18H à 19H30 :

Les mineurs étrangers isolés. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Comment leur assurer un meilleur accompagnement ?

Table ronde animée par Corine Chabaud, grand-reporter à La Vie. Avec Samim, témoin du livre « Je voulais une chance de vivre », récits de mineurs étrangers isolés (L’Atelier 2020), originaire d’Afghanistan, arrivé en France en 2014 à l’âge de 15 ans, Jean-François Roger, directeur du service d’accompagnement des mineurs non-accompagnés (MNA) chez Habitat et Insertion, co-auteur du livre, Isabelle Santiago, députée du Val de Marne, Timothée Maurice, de la fondation Apprentis d’Auteuil, directeur d’une maison d’enfants à caractère social (MECS) et d’un foyer de jeunes travailleurs (FJT) accueillant des MNA dans les Hauts-de-France.

Un partenariat entre les Amis de La Vie, les Editions de l’Atelier et les Apprentis d’Auteuil.
 Je m’inscris en cliquant ici

Non classé

Cédric Herrou définitivement relaxé. Le principe de fraternité est consacré!

Le sort judiciaire de Cédric Herrou est désormais scellé, dix mois après la relaxe de ce dernier par la cour d’appel. La Cour de cassation a rejeté, mercredi 31 mars, un pourvoi du parquet général de Lyon, rendant ainsi définitive la relaxe du militant, poursuivi pour avoir convoyé des migrants venus d’Italie et organisé un camp d’accueil en 2016 dans les Alpes-Maritimes.

Pour l’agriculteur de 41 ans, cette décision marque l’aboutissement d’une longue procédure jalonnée de trois procès et d’une saisine du Conseil constitutionnel, qui avait consacré, en 2018, le « principe de fraternité ».

« Cette décision met fin à l’acharnement du parquet à l’encontre de Cédric Herrou et permet de reconnaître enfin de manière définitive que celui-ci n’a fait qu’aider autrui, et que dans notre république la fraternité ne peut pas être un délit », a réagi son avocate, Sabrina Goldman. Le paysan de la vallée de la Roya avait été condamné à une amende en première instance, puis à quatre mois de prison en appel en 2017. A l’occasion d’un premier passage devant la Cour de cassation, M. Herrou et un autre militant, s’estimant victimes d’un « délit de solidarité », avaient saisi le Conseil constitutionnel. Cette démarche avait abouti en juillet 2018 à une décision historique de ce dernier, qui consacrait « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ».

Non classé

Délit de solidarité : à Montgenèvre, deux maraudeurs en garde à vue

Dans la nuit de samedi 20 mars 2021 à dimanche, lors d’une maraude portant assistance à des personnes exilées en danger dans la montagne, deux personnes ont été arrêtées par la Police aux Frontières et placées en garde à vue.

Ces solidaires, l’un de Tous Migrants, l’autre de la Confédération Paysanne ont été, selon le parquet de Gap,  « interpellées en flagrant délit (…) pour des faits d’aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière ».

Leur garde à vue a duré trente cinq heures, ils n’ont été libérés que lundi.

Non classé

Décès de Gérard Thironneau, membre fondateur de notre association

Le Conseil d’Administration de notre association à la douleur de vous annoncer le décès de notre ami Gérard TIRONNEAU.

il avait été un des membres fondateurs de l’association, puis trésorier. Il a aussi animé la commission « emploi-formation » ainsi que la commission « communication ». Il avait mis ses compétences, ses connaissances au service des familles réfugiées que nous avons accueillies sur le secteur de La Tour du Pin et les communes environnantes.

Notre association était présente et active pour entourer Gérard et sa famille lors des funérailles le Lundi 29 mars 2021.

Non classé

L’Auberge des migrants édite un livre sur la Jungle de Calais racontée par les bénévoles

Depuis 2008, l’Auberge des Migrants intervient auprès des exilés dans le Calaisis et le Nord de la France, en apportant aide matérielle et alimentaire, accompagnement et défense des droits.

L’Auberge des Migrants édite un livre de 260 pages, « Le Live de la Jungle », kaléidoscope de 39 témoignages de bénévoles ayant participé à la construction et à la vie de ce qui a été le plus grand camp de migrants d’Europe, avec plus de 10 000 habitants en septembre 2016.

Infâme camp à ciel ouvert, bidonville multicolore, ville-monde en construction… ? Pour le comprendre il était nécessaire d’écouter les bénévoles qui sont venus travailler à Calais au côté des exilés. De tous les horizons, ils et elles sont arrivés par milliers, pour quelques jours ou quelques mois. Leurs témoignages apportent ici de multiples regards. Ils et elles sont venus  avec leurs espoirs, leurs colères, leur enthousiasme, leur énergie, leurs compétences, leur naïveté parfois, leur espérance toujours. Tous et toutes ont vécu une expérience incroyable, et des relations fortes, pas toujours simples, avec les exilés.

Les témoignages ont été recueillis par L’Auberge des Migrants, illustrés par les dessins d’Anne Gorouben, et édités alors que se continue à Calais la politique coûteuse, inefficace et inhumaine, le non-accueil mis en place par les autorités.

Vous souhaitez le commander ? C’est par ici !

Vendu au bénéfice de L’Auberge des Migrants. 260 p, format 19×27. Disponible en librairie sur le Calaisis. Prix 20 €. Pour le commander, cliquer sur le lien ci-dessus, ou bien envoyez nous un chèque de 26 euros (20 euros + 6 € de frais d’envoi, emballage cartonné de qualité) à L’Auberge des Migrants, BP 70113, 62100 Calais Cedex. Pour d’autres moyens de paiement, contactez-nous au 06 78 02 05 32 ou sur contact@laubergedesmigrants.fr.

Non classé

Amnesty International: Des enfants en danger aux frontières de la France

A l’heure où des responsables politiques remettent ouvertement en cause l’accueil ou la prise en charge des mineurs, Amnesty International fait état des violations des droits que ces enfants subissent aux frontières françaises. La France doit redoubler d’efforts pour les protéger. C’est une obligation légale d’assurer que ces enfants très vulnérables aient accès à la protection dans notre pays.
Non classé

Refus d’assistance médicale et juridique aux personnes exilées enfermées à la frontière franco-italienne : le tribunal administratif de Nice sanctionne l’Etat

Anafé - Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers
lire l’article sur le site http://www.anafe.org/spip.php?article584

Le 15 septembre 2020, des représentantes de l’Anafé et de Médecins du Monde se sont présentées aux locaux de la PAF de Menton afin d’apporter assistance juridique et médicale aux personnes y étant enfermées. Au prétexte d’une « mise à l’abri » de ces personnes, l’accès leur a été refusé par la PAF de Menton puis par la préfecture des Alpes-Maritimes.

Saisi de ce refus d’accès, le tribunal administratif de Nice s’est prononcé sur cette pratique de privation de liberté à la frontière franco-italienne, organisée par l’Etat français.

Reconnaissant que « quotidiennement, de nombreuses personnes sont retenues dans ces locaux munis de système de fermeture et de surveillance vidéo, dans des conditions précaires, pour de nombreuses heures, notamment la nuit lorsque le poste de police italien est fermé, qu’elles sont mises dans l’impossibilité de partir librement de ces locaux et d’obtenir au cours de la période de « maintien » une assistance médicale, juridique ou administrative d’associations », la juge des référés ordonne la suspension du refus d’accès opposés aux associations et enjoint la préfecture des Alpes-Maritimes à l’examiner de nouveau, dans un délai 30 jours.

Le tribunal administratif de Nice vient ainsi ouvrir une nouvelle voie à la condamnation et à la sanction des pratiques illégales de l’administration française à la frontière franco-italienne.

Non classé

2 nouvelles familles installées…mais pas sur les VDD…

Les deux familles réfugiées, du Nigéria et du Kosovo, que nous pensions accueillir sur le secteur de La Tour du Pin après leur sortie du Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile de Pont de Chéruy, se sont vu proposer des logements sur la CAPI.
Comme nous nous y étions engagés, nous les avons aidées pour leur emménagement, mais nous ne pourrons pas les accompagner sur la durée car ce n’est pas sur notre secteur, et cela nécessiterait trop de déplacements…

le 14 Octobre, Joy, et son petit garçon Marveillous, se sont installés dans leur appartement de Bourgoin-Jallieu. Avec Francis, Jean-Pierre, Marie-Claude membres de l’association, et Yasin, jeune réfugié accueilli dans le cadre de la boucle JRS, nous les avons aidé à monter (sur 4 étages sans ascenseur !) leur mobilier fourni par Emmaüs Bourgoin.

Et le 28 Octobre, Ce sont Luhta, avec ses deux enfants, qui ont emménagés dans leur joli appartement au centre de La Verpillère. Nous étions bien nombreux: Alain, Joseph, Gilles, Richard, Francis, Yasin, Lamine ,Jean-¨Pierre, Marie-Claude,
Cette fois-ci, les meubles étaient ceux que des sympathisants nous avaient donnés et que nous stockions dans notre local.